Je suis un nouvel homme, je me sens bien…

La construction de notre maison, ne se déroulait pas comme nous le désirions. Aux difficultés pour obtenir le permis de construire se sont vite ajoutés des problèmes de coordination entre les entreprises et il y avait beaucoup de malfaçons. En plus de celà, j’avais également un différent avec mon supérieur au travail. Bref çà n’allait pas ; tout celà créait des tensions dans notre couple.
Un jour, en quittant le chantier pour rejoindre mon appartement situé au 4ème étage, j’ai eu envie de me jeter par la porte-fenêtre du balcon. J’étais seul, mon épouse n’étant pas rentrée du travail. J’étais fortement attiré par le vide et je luttais pour ne pas sauter. Je me suis donné des gifles en me disant : «Marc reprends-toi, c’est pas ton style».
Mais l’oppression était toujours là. Je suis allé dans la salle de bain pour me mettre la tête sous l’eau froide, mais rien n’y faisait. C’est alors ue je me suis souvenu d’une phrase, qu’avait dite le curé lors de la préparation de la 1ère communion: « Demandez donc à Dieu s’Il existe ? «. J’ai cherché le crucifix que nous avions rangé au dessus de l’armoire dans notre chambre à coucher. J’ai saisis la croix et suis tombé à genoux, et de tout mon coeur j’ai crié à Dieu : « Seigneur si tu existe, tu ne me laisses pas là».
Aussitôt, tout s’est dégagé.
Je me suis senti libéré de l’oppression sous laquelle j’étais et ai été rempli d’une très grande joie.
Je me sentais bien !
Rien ne pouvait expliquer mon changement intérieur, mais je savais, que quelque chose existait. Lorsque mon épouse est rentrée, j’étais en train de chanter. Surprise, elle s’est étonnée de ma gaieté tout en me rappelant mon rendez-vous avec le maçon pour la chape. Dans la voiture, j’ai mis la radio : Michel Polnareff chantait «On ira tous au paradis». Je me suis mis à chanter avec lui car j’avais l’impression d’être au paradis, tout en me répétant «il y a quelque chose qui existe…»
Pendant les vacances qui ont suivi, j’ai eu l’occasion de lire les 4 évangiles en bandes dessinées. Le récit de la mort de Jésus m’a beaucoup interpellé. J’ai réalisé que c’était aussi pour moi qu’il avait donné sa vie. La voiture est vite devenue mon endroit privilégié pour prier et vivre en communion avec Jésus. J’ai commencé à voir des exaucements précis, comme par exemple pour ce collègue de travail qui m’ennuyait tout le temps. En priant pour lui, son comportement à mon égard a changé ; nos relations ont été différentes.
Puis j’ai fait la connaissance d’un ancien missionnaire de l’ex-Zaïre, qui est vite devenu mon ami. Un jour il m’a invité dans son église «La Porte Ouverte Chrétienne de Mulhouse». J’écoutais le pasteur prêcher sur la mort et la résurrection de Lazare. J’ai immédiatement fait le parallèle avec ma vie, réalisant que mon état intérieur «sentait mauvais»comme Lazare qui était mort depuis 4 jours (Jean 11). Puis le pasteur dit «si ta vie est pourrie et sent aussi mauvais comme Lazare sentait mauvais, Jésus peut faire quelque chose pour toi, tout comme il a ressuscité Lazare. Il demanda aux personnes qui voulaient accepter Jésus comme Seigneur et Sauveur dans leur vie de s’avancer ce que j’ai fait.
Puis j’ai demandé au pasteur de prier pour moi afin que Dieu me ardonne mes péchés. Aussitôt j’ai eu la certitude que j’étais pardonné et j’ai senti la main de Jésus se poser sur mon coeur, cicatrisant mes blessures.
Auparavant, j’étais agressif et ne supportais pa s que quelqu’un me cont r a r ie, particulièrement au volant. Mais aujourd’hui mon attitude est différente ; Dieu a rempli mon coeur d’amour et de paix. Je suis un nouvel homme ; je me sens bien !
Mon épouse a également accepté Jésus dans sa vie ; ensemble nous avons pris un nouveau départ. Notre couple s’est consolidé et nous construisons aujourd’hui notre vie avec le Seigneur. Nous lui remettons chacune de nos journées et lui partageons nos joies et nos problèmes.
Lorsqu’on vit un miracle on a envie de le partager avec d’autres personnes. Je me suis engagé dans une association chrétienne, le FGBMFI, (Full Gospel Business Men’s Fellowship International) pendant 8 ans.
Depuis peu, j’ai fait l’acquisition d’une moto, une Honda 750 VFS. Je me réjouis de faire parti du The Way non seulement pour les belles ballades, les rencontres, la fraternité dans le groupe mais surtout pour témoigner de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ.
Marc Claasen

Marco 1

 


>> Retour aux témoignages

Sortie

the way
Sortie du 21.07.2018
Raod Captain : Laurent B...
Sortie du 18 et 19.08.2018
Balade en Suisse chez Je...